Budget participatif de Paris : une fenêtre sur la fabrique de la ville

Promesse de campagne d’Anne Hidalgo instituée dès 2014 pour redonner un nouveau souffle à la participation à Paris, le budget participatif offre aux citoyens la possibilité de soutenir et de défendre leurs propres projets.

 

Comment ça marche ?

La mairie de Paris soumet à participation 5% de son budget d’investissement, soit une somme d’un peu moins d’un demi-milliard d’euros sur la mandature 2014-2020 et 75 millions d’euros par an de moyenne.

Tous les Parisiens, sans condition d’âge ou de nationalité, peuvent contribuer au budget participatif en proposant un ou des projets, qui seront instruits et regroupés par les services de la mairie de Paris, selon des critères de faisabilité. Les projets proposés doivent relever de l’intérêt général, du budget d’investissement, et des compétences de la ville de Paris.
Des commissions mixtes (une pour les projets concernant tout Paris et une pour chaque arrondissement) procède ensuite à une deuxième phase de sélection, cette fois-ci subjective. Ces commissions mixtes sont composées de représentants de la mairie et des instances de démocratie locale.
Enfin, les citoyens eux-mêmes sont appelés à choisir parmi les projets retenus ceux à qui la mairie allouera des fonds pour les réaliser.

Ces étapes s’organisent dans un calendrier cyclique, répété tous les ans :

BPP calendrier-01.jpg

Le 16 septembre s’est ouverte la dernière étape de sélection des projets proposés par les citoyens : un vote ouvert à tous. Jusqu’au 2 octobre, sur la plateforme internet dédiée, vous pourrez (à condition d’habiter ou travailler à Paris) voter pour les projets concernant tout Paris et ceux concernant votre arrondissement.

 

Le budget participatif de Paris ne fait que suggérer l’empowerment, sans jamais l’atteindre

Le budget participatif permet d’entrouvrir la porte de la fabrique de la ville aux citadins, en les considérant comme « experts du local ». Néanmoins, totalement piloté et contrôlé par la mairie de Paris, ce dispositif ne permet pas de leur donner un pouvoir effectif. La mairie parisienne et les mairies d’arrondissement gardent en effet le pouvoir de décider quels projets seront soumis au vote final, en opposition avec les principes de l’empowerment.

Ce dispositif reste un outil pédagogique permettant une plus grande transparence de l’action publique et une meilleure implication des citoyens à celle-ci. Apparu dans les années 80 en Amérique du Sud et déjà expérimenté en France au début du millénaire (Grigny, région Poitou Charentes), le budget participatif permet d’envisager la participation comme un processus également ascendant.

schéma BP-01.jpg

Sintomer, Herzberg, Röcke, 2015

Loin de l’expérience référence de Porto Alegre en termes d’empowerment, le budget participatif de Paris a le mérite de capter une population nombreuse et jeune (comparativement aux autres dispositifs de participation en place), et d’ouvrir la porte à un plus grand pouvoir de contrôle et de décision des citoyens.

 

Le coup de cœur Urbavengers pour les projets concernant « Tout Paris » 

L’idée de ce projet est de créer des espaces de baignade dans Paris. Baignades en ville promeut la reconquête des fleuves et des canaux parisiens, interdits aux baigneurs depuis les années 20. Ce projet exprime la revendication d’un droit à s’approprier les espaces aquatiques d’une ville. En ce sens, il répond totalement aux valeurs des Urbavengers.

plongeoir Alexandre III.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s